Accueil
Journal de la chaloupe armée
Brick Le CYGNE
LA RENOMMEE
Outillage
Sites Amis
Fabrication des caronades
vidéos marines

 

  • XX - Les taquets pivotants

                Il s’agit des 16 taquets qui maintiennent les deux vaigres qui sont de chaque côté de la carlingue. En effet, ces deux vaigres s’enlevaient, ce qui permettait d’accéder au fond de la chaloupe et notamment d’écoper.

                A cette échelle nous ne pouvons pas faire les taquets pivotants comme dans la réalité, cependant nous allons les réaliser dans leur totalité, c’est-à-dire que nous ferons la partie qui s’enfonce entre les vaigres et se pose sur la varangue.

                                                     165 – Taquets de maintien des vaigres mobiles

                           Le schéma sur la photo ne respecte pas tout à fait les proportions, tant pis, avec le logiciel Paint ! 

                    Les taquets ont une forme de « L » renversé. La partie verticale du « L » doit faire 0,8 mm ce qui est l’espace entre deux vaigres la  hauteur de 2,30 mm, la longueur apparente est de 2,75 mm,  le tout sur une épaisseur de 1 mm. La partie verticale du « L » qui a donc une section de 1mm x 0,8 mm, doit en outre être traversée par un fils de laiton de 0,4 mm (le même fil qui nous sert pour le bordage et les virures).                                  

                     Au début, j’ai taillé une baguette de 1 mm d’épaisseur et je commençais par percer le trou et j’enfilais le fils de laiton de 0,4 mm, mais, invariablement, je cassais à un moment de la fabrication ou de la mise en place. J’ai essayé avec du buis, la couleur faisait trop ressortir ces taquets, qui doivent rester discrets.

                    La solution que j’ai adoptée m’a permis de faire tous les taquets pratiquement sans casser. En fait, j’ai fabriqué un contre-plaqué de poirier.                                            

                Au lieu de travailler sur une baguette de 1 mm d’épaisseur, j’ai fabriqué 2 baguettes de 0,54 mm d’épaisseur que j’ai collé l’une sur l’autre. Pour un collage efficace, et retrouver mon millimètre d’épaisseur, j’ai écrasé les deux baguettes collées dans un étau. Le résultat est que nous avons une baguette de 1 mm d’épaisseur, très dense (écrasement + colle) constituée de 2 baguettes dont les fibres se contrarient. Si on travaille avec un peu de précaution, on fait ce que l’on veut ….et c’est solide !

                 Pour faire les taquets, on commence par percer à 0,4 mm pour le passage du fil à 3 ou 4 mm du bout de la baguette.

                 La meilleure solution pour éviter l’éclatement (il ne reste que 0,3 mm de chaque côté du trou) est de placer la baguette dans l’étau pour le perçage et la mise en place du fils de laiton de 0,4 mm. Avant de retirer de l’étau, on coupe et on rase le fils de laiton.

                Toujours, sans découper de la baguette je rabats le bout, puis, je fais l’intérieur du « L » à la lime aiguille. Avant de séparer notre pièce de la baguette, je fais un premier petit ponçage. Seulement maintenant, je sépare la pièce de la baguette, en coupant avec un cutter en laissant 2 mm de gras, l’endroit est fragile avec le laiton. Doucement, je lime ces 2 mm pour les ramener à 0,8 mm.  Veillez à limer de telle manière que les angles restent bien perpendiculaires.

                Si malgré les 0,8 mm d’épaisseur la pièce ne se place pas bien entre les vaigres, ce qui ne devrait pas être en principe si vous aviez mis des cales de 0,8 mm, trichez un peu en élargissant délicatement et très légèrement l’espace entre les deux vaigres, ou carlingue et vaigres.

            Comme je teints ma chaloupe, je baigne les taquets dans la teinture et les laisse sécher avant de les mettre en place avec un point de colle, celle sans solvant. Avec un petit pinceau, un peu de fond dur. Attention ne pas en mettre sur les vaigres car cela ferait 2 couches, et ça se voit.

             Haut de page                    Sommaire du Journal                      Accueil .

                                                                        Chapitre suivant

XX - Les taquets pivotants
© 2018