Accueil
Journal de la chaloupe armée
Brick Le CYGNE
LA RENOMMEE
Outillage
Sites Amis
Fabrication des caronades
vidéos marines

La Renommée

 

LE CHANTIER

 

               

                   Il s’agit d’une partie très importante qu’il ne faut pas négliger. C’est de sa bonne réalisation que dépend l’aspect général du modèle, comme la bonne symétrie par exemple.

 

                   Pour la construction du chantier il y a des choix à faire. Choix dans la construction, choix du niveau de la planche supérieur, choix des matériaux etc…

 

                   Première chose à choisir c’est le niveau de la planche supérieur. Certains se servent du livet de pont. La particularité du livet est que la planche n’a pas la même hauteur à l’arrière au centre et à l’avant. Personnellement je lui préfère une ligne d’eau. De toute façon sur la Renommée le livet est plus haut que l’étambot et la lisse d’hourdi, donc cela poserai quelques problèmes pour la construction de la charpente de la poupe.

 

                   Je crois que pour la Renommée la ligne d’eau n° 10 s’impose d’elle-même. Attention à la ligne de flottaison, elle croise la ligne d’eau n° 10, et donc il faut veiller à ne pas les confondre.

 

                   Cette frégate fait un peu moins de 87 cm de l’étrave à l’étambot et 97 cm du haut de la poupe au bout de l’éperon.

 

                   La largeur au maître couple est de 22,3 cm, le tableau arrière fait 21,5 cm.

 

                   La planche de base fera 110 cm x 33 cm sur 18 mm d’épaisseur

                   La planche supérieure fera 100 cm x 27 cm sur une épaisseur de 5 mm

 

                   Pour avoir la certitude que l’ensemble ne bougera pas j’ai choisi de prendre du MDF(Médium Density Fiberboard) plus connu sous le terme de médium. Pourquoi ?

-  il ne se fend pas,

-  il résiste au feu, (la maquette si !)

-  il n'éclate pas,

-  il ne se déforme pas,

-  le sciage est net et sans bavure,  

 

                   En claire il ne bouge pas, de plus il est relativement bon marché

 

                   Pour faire l’étalonnage des couples de levés et des couples de remplissages sur la planche de base j’ai choisi de prendre le plan n° 4.

 

                   Soit, on marque la planche de base directement avec le plan.

 

 

                                                R1 - étalonnage direct avec le plan

 

                  Comme le plan en papier n’est pas rigide on peut, au dos d’une règle métallique de 1 m, coller un papier avec un double-face, reporter le centre de tous les couples  et s’en servir pour toute la construction.

 

 

                                         R2 – étalonnage avec le réglet métallique.

 

                   Pour la planche supérieure, avant l’étalonnage  il faut la fixer à la planche de base. J’ai opté pour une fixation temporaire avec 2 boulons de 4 mm de diamètre.

 

                   On vérifie dans un premier temps que les axes centraux soient rigoureusement superposés.

 

                   On positionne les deux marques les plus éloignées, étrave et étambot,  il suffit avec la règle étalonnée de reporter les marques de tous les couples.

 

 

                                      R3 – étalonnage de la planche supérieur

 

                   Une fois notre planche supérieure étalonnée dans le sens des x il nous faut dessiner la ligne d’eau n° 10. Pour ce faire j’utilise le plan n° 2.

 

                   Celui-ci n’étant pas étalonné pour les couples de remplissage, il faut reporter ceux-ci sur le plan.  

 

                   Avec un compas pointe sèche, on reporte à partir de la ligne médiane tous les points.

 

                   Pour les courbes importantes comme celles de l’arrière et de l’avant, on peut décalquer le profil sur un papier (voir dans l’onglet « outillage » «  la boîte à lumière »).

 

                   Le plan doit rejoindre les points.

 

                                   R4 – traçage du profil de la ligne d’eau n° 10 

 

 

                                                     R5 - tracé de l'avant

 

 

                                                   R6 - tracé de l'arrière

 

                   Nous arrivons à un autre choix. Soit nous découpons juste sur le trait, soit nous laissons une marge de 3 mm environ.

 

                  En effet, lorsque nous allons découper nos couples, dans un premier temps ils seront à angles droits, c’est à dire qu’ils ne suivront pas la courbe que nous venons de tracer.

 

                  Certains laissent une marge de 3 mm environ et se servent de petite planchette entre les couples de la largeur de la maille  pour maintenir les couples.

 

                   D’autres préfèrent entailler la planchette supérieure au cas par cas. Ainsi il n’y a pas de risque de cumul d’erreur et il n’est pas besoin de mettre de cales. En outre, sur la maille on continue d’avoir le suivi du vrai profile.

 

                   Les tenants de la première méthode note que le système des entailles pose problème au démoulage.

 

                   Personnellement je prends la 2ème méthode, pour le démoulage, je prévois que la planche supérieure sera coupée en deux si nécessaire.

 

                   J’ai fais cette découpe d’un seul tenant, je découperai dans ces chutes les baguettes servant à maintenir la quille entre les supports de l’étrave et de l’étambot. En effet comme cette chute est déjà étalonnée, elle est parfaite pourquoi se priver !

 

                   Une fois la planche supérieure découpée, je la fixe à nouveau temporairement avec les boulons de 4 mm.

 

                   J’ai choisi que la fixation définitive, de la planche supérieure au socle se ferai par 8 tiges filetées de 8 mm de diamètre.

 

                   Comme je n’ai pas envie d’avoir des boulons sous le socle principal, je vais percer à 7 mm et visser les tiges dans le socle en mettant de la colle à l’intérieur du trou. J’arrête le vissage à 2 mm et complète avec de la colle blanche. Un écrou termine de bloquer la tige au socle lui-même bloqué avec de la colle blanche.

 

 

                                   R7 - fixation des tiges filetée sous le socle

 

                   Pour la planche supérieure, je place un écrou dessous et un écrou dessus.

 

                   Avec une pige je contrôle la hauteur supérieure de la planche.

 

                   Une fois tout en place, on vérifie que l’étalonnage de la base correspond rigoureusement à celui de la planchette supérieure.

 

 

                                        R8 - vérification d'étalonnage

 

                  Une fois que tout est bon je fixe tous les boulons en enduisant les filetages avec de la colle à bois. Je coupe le surplus de tiges filetées.

 

                   Pour les supports d’étrave et d’étambot, là encore il y a plusieurs méthodes, surtout pour l’étambot, soit, on fait d’un seul tenant le dessous et le dessus. Dans ce cas il faut laisser des passages dans la planche supérieure pour le passage  de cette pièce, soit on la fait en deux parties : la partie inférieure qui maintient l’étambot et la partie supérieure qui aide à la construction de la poupe. J’ai opté pour la deuxième solution. Je ferais cette partie supérieure plus tard en fonction de la construction.

 

                   Pour réaliser ces supports d’étrave et d’étambot, comme quille, étambot et étrave font tous 7 mm, j’ai dimensionné une planchette de CTP à 7 mm d’épaisseur que j’ai entourée par des planchettes. Le tout maintenu par des boulons de 4 mm.

 

                   Ces supports sont rigoureusement égaux à l’espace qui sépare le socle de la planche supérieure.

 

 

                                               R9 - Supports d'étambot et d'étrave

 

                   Je placerai ces supports plus tard. 

 

                   Les demi-cercles découpés dans les supports serviront à avoir une vue en perspective de la coque de l’avant ou de l’arrière sans être gêné par ces constructions.  

 

                  Voici quelques photos du chantier terminé. J’ai attendu que l’ensemble étrave, quille, étambot soit terminé pour la mise en place définitive.

 

                 Donc avec un peu d’avance :

 

                 Bien évidemment l’ensemble doit être ajusté et bien d’équerre.

 

 

                                          R20 - Vue générale du chantier

 

 

                                       R21 - Vue avant du chantier

 

 

                                         R22 - l'arrière du chantier

 

   

 

                                                   HAUT DE PAGE                                  SOMMAIRE DE                                ACCUEIL

                                                                  LA RENOMMEE 

         

 

                

 

R2 - Le chantier
© 2018