Accueil
Journal de la chaloupe armée
Brick Le CYGNE
LA RENOMMEE
Outillage
Sites Amis
Fabrication des caronades
vidéos marines

 

  • XIX - Fond dur et vernissage

                   Nous allons devoir arrêter la fabrication des caissons. En effet, il nous faut vernir les intérieurs avant de terminer.

                   Quand je dis vernir, il s’agit d’une couche de fond dur. Pour un modèle plus grand, après le fond dur, je passe une couche de vernis qui donne un aspect ciré. Là, je pense que certaines pièces étant trop petites elles s’empâteraient. J’ai donc décidé de me limiter à une seule couche de fond dur.

           Le fond dur est un bouche-pores. Il s’agit d’une protection très fine qui pénètre un peu le bois, et lui assure une protection. Il peut être légèrement poncé. D’un aspect laiteux dans le pot il est très liquide et prépare la surface à recevoir le vernis. Ce bouche-pores évite de mettre 2 couches de vernis qui empâte les modèles. De plus sans ce fond dur, le vernis laisserait une surface d’aspect inégal.

                  Mais comme je l’ai dit, pour la chaloupe, à mon avis, une couche de bouche-pores, et c’est tout. Une deuxième couche rend l’aspect trop brillant. Comme pour retirer ce brillant il faut poncer, et l’on ne pourra pas poncer toutes les surfaces à l’intérieur d’une manière égale, surtout dans les coins, l’aspect serait très irrégulier. Ce ne sera pas le cas pour l’extérieur où le ponçage est facile et peut être régulier. Faites des essais et choisissez ce qui vous convient. 

                         Pour moi, à l'intérieur : 1 couche de fond dur et pas de ponçage après.                  

                        Nous « vernirons » en même temps le fond de la chaloupe. A cette échelle, il faut vernir avant de mettre les bancs et les marchepieds. L’un des petits problèmes est que l’on ne peut coller à la colle blanche sur du vernis, et pas trop sur du fond dur. La colle blanche ne tient pas bien, pas plus que la cyanolithe.

                       Il suffit de ne pas vernir les parties qui recevront du collage : exemple, les alonges au-dessus des serres bauquières.

                       Autres solutions : 

                            - retirer le vernis à l’endroit du futur collage, comme pour l’emplanture du grand mât, 

                            - la troisième solution consiste à coller avec certaines colles sans solvant qui collent tous les matériaux y compris le plastique.

                    J’utilise « Résiste à Tout » de la marque Pattex, ce sera le cas des petits taquets amovibles qui tiennent les vaigres qui jouxtent la carlingue et de bien d'autres pièces. Inconvénient, on ne peut y toucher qu'après 2 heures, et si on doit leur faire subir un effort, c'est 24 heures pour être sûr.

                C’est fait, j’ai enlevé les bancs et marchepieds et j’ai passé ma couche de bouche-pores. Comme je l’ai indiqué, je n’ai pas mis de produit au-dessus de la serre-bauquière car il faudra coller la dernière vaigre qui se trouve au-dessus. Je n’en ai pas mis non plus à l’intérieur des encoches des marches-pieds et des bancs (collage futur). En revanche, les bancs ont reçu le bouche-pores, sauf sur les extrémités des faces inférieures des bancs, toujours pour les mêmes raisons.

                Il y en a sur tout le dessus des bancs, je m’en souviendrai lorsqu’il faudra coller les courbâtons.

                Maintenant le passage du fond dur se fera au cas par cas.

  Haut de page                    Sommaire du Journal                      Accueil   

                                                                   Chapitre suivant

 

XIX - Fond dur et vernissage
© 2018