Accueil
Journal de la chaloupe armée
Brick Le CYGNE
LA RENOMMEE
Outillage
Sites Amis
Fabrication des caronades
vidéos marines

 

  • XV - Les serres bauquières et les bancs

            Sur la monographie, il est indiqué de faire les marchepieds avant les bancs. Je préfère faire l’inverse. La position des bancs étant rigoureuse, le marchepied s’y adaptera s'il y a un léger problème. Bien évidemment, les bancs ne seront collés qu’après les marchepieds.                

                La serre-bauquière est une pièce de charpente de forte dimension, comme la préceinte. Elle est placée à l’intérieur. Elle aura la particularité de soutenir les bancs, et une partie des placards et coffres du fond. Son positionnement ne doit pas être fait au hasard. Nous prendrons comme repère, comme d’habitude, le bord supérieur de la chaloupe et des alonges.

           Les serres-bauquières recevront les encoches des bancs à mi-bois. C’est à dire, que les bancs ayant une épaisseur de 2 mm, la serre-bauquière sera entaillée, pour les recevoir, de 1 mm. Certains font les encoches avant la pose, pour ma part j’ai préféré coller la baguette et faire les encoches après. Une fois la baguette taillée à la bonne dimension il suffit de la positionner  et de la coller.

                Pour ce faire, nous fabriquerons un petit gabarit qui respecte le plan. Comme nous travaillons toujours à la colle rapide blanche, nous aurons le temps de faire glisser légèrement la baguette pour la positionner correctement.

                                                                  129 – mise en place de la serre-bauquière

                    Avant le collage définitif, il faut vérifier que les deux serres bauquières, tribord et bâbord sont bien à la même hauteur tout au long de leur longueur. Pour se faire, on vérifie que la chaloupe est bien horizontale sur son chantier par un petit niveau placer sur une baguette qui rejoint les bords de la chaloupe, et on fait de même en plaçant une baguette qui rejoint les deux serre-bauquières.

                                              130 – vérification au niveau de surface

                Pour le positionnement des bancs et donc la place des encoches, j’ai relevé les mesures du plan sur une baguette. Les bancs devant être parallèles aux traversins et entre eux, le positionnement devient facile.

                                 131 – positionnement des bancs

               Avant de faire les encoches des bancs, j’ai fabriqué ceux-ci, sauf les deux spéciaux, que nous verrons plus tard. Comme la marque sur la baguette de repère indiquait l’avant de chaque banc, en le positionnant il est aisé d’en déduire le tracé arrière et surtout de conserver le parallèlisme entre eux.

               Les bancs font 2 mm d’épaisseur et son encastrés à mi-bois dans la serre-bauquière. Il nous faut donc faire une encoche de la largeur de chaque banc d’une profondeur d’1 mm. Nous allons fabriquer un petit gabarit de 1 mm d’épaisseur qui nous servira de repère de profondeur.

                                      132 – vérification de profondeur avec le gabarit

                         133 – l’encoche terminée

                                134 – les bancs mis en place       (sauf les deux spéciaux)

                Bien évidemment, ces bancs ne seront collés que bien plus tard, il y a du travail à faire en dessous, notamment les marches pieds, les épontilles supportant les bancs, les emplantures de mâts et les petits taquets des deux vaigres mobiles qui jouxtent la carlingue. Ces dernières pièces étant très fragiles seront placées le plus tard possible. 

                Il nous faut maintenant faire les petites moulures en quart de rond sur les bancs.

               Nous avons préalablement entaillé le tarabiscot de la forme de la moulure (voir photos 52 à 54). Là il s’agit d’une simple petite encoche arrondie avec une petite dent. De toute façon, vous faites autant d’encoches qu’il faut en faisant des essais sur des chutes de bois.

         Petit truc : lorsque vous avez la bonne, pour ne pas vous tromper, collez une petite étiquette sur le tarabiscot avec la mention : ¼ rd et une flèche. La même lame de scie servant pour plusieurs moulures.

            Voyez comme un petit étau multidirectionnel est pratique. Il vous permet de toujours trouver la bonne position pour travailler.

                                    135 – confection des moulures de banc

                  Si vous observez le plan, vous remarquerez que les moulures ne débutent pas à leur extrémité, mais en retrait, c’est ce que j’ai fait. Mais dans mon ardeur, j’ai laissé la même dimension, sans moulure, pour tous les bancs, or certains bancs reçoivent  des courbatons ou violons et l’espace doit débuter qu’à partir de ces pièces. Cela n’a pas une grande importance, tant pis. 

                                                 Les bancs spéciaux

                 Les bancs que j’appelle spéciaux, sont les 2 bancs qui recevront les ferrures servant à fixer les mâts.

                Celui qui est à l’avant est plus large sur toute sa longueur. Et celui proche du 1er couple arrière n’est plus large que dans sa partie centrale. Comme j’ai fait les deux en même temps, les images sont un peu mélangées, peu importe, la forme des bancs est différente et se reconnaît bien.

            Nous allons donc commencer par la partie bois.

                                                      136 – traçage du banc central

 
                La découpe se fait avec un cutter, en ayant préalablement bien serré la pièce dans un étau

                                                    137 - découpe du banc central

                 Nous allons façonner et mettre en place nos premières parties métalliques. Il se pose le problème du choix esthétique. Laisserons-nous ces parties en laiton, telles quelles, ou allons-nous les noircir. Cette décision doit être prise maintenant, car il me semble exclu de faire des parties brillantes et d'autres noirs. Les puristes nous disent de teindre toutes ces parties métalliques en noires.

                 En ce qui me concerne, comme le canon est déjà fait et qu'il n'est pas teinté, le choix a déjà été fait. Donc toutes mes pièces métalliques resteront brillantes.

                Pour les parties métalliques, j’ai employé de la tôle de laiton de 2/10 ème. Celle-ci sera :

<!--[                                   -   découpée en bande,

                                 -   puis mise à la bonne largeur, pour se faire, il suffit de la coincer dans l‘étau, et comme précédemment pour le bois, de retirer la partie qui dépasse en limant. On fait cela en plusieurs fois et des deux côtés pour avoir des côtés droits et  parallèles.

                                        138 – mise à la bonne largeur de la bande

                La bande obtenue est à la bonne dimension :

                                        139 – le bout de la bande est à la bonne largeur

                  Taillée légèrement en pointe comme indiqué sur le plan, la bande est pliée sur un étau pour obtenir un angle droit parfait.

                                                  140  – mise en pointe et pliage.

                                           141  – mise en pointe et pliage.

                   La deuxième pliure se fait en maintenant la pièce dans une pince qui fait le même office que l’étau précédent.

                             142 – 2ème pliage

                Avant de mettre définitivement en place les ferrures, il faut relever leur emplacement et faire une légère encoche sur la tranche du bois pour que les ferrures s’y encastrent sans dépasser. On met un léger filet de colle, on place les ferrures. Le tout est placé dans un étau et serré très fortement. Cela aura pour résultat d’écraser les ferrures dans le bois. Il faut maintenant percer à 0,5 mm pour placer les clous (fils de 0,4 mm).

              Pour la partie qui va faire le cerclage du mât. Nous taillerons une bande à la bonne dimension, 2 mm, comme l’épaisseur des bancs, et de se servir d’un forêt de 6 mm pour le grand mât  et 5,5 pour le mât de misaine.

        143 - confection du cerclage du mât de misaine              

                Alors que notre banc est encore en serrage dans l’étau, nous pratiquons le perçage sur la tranche, et plaçons un fil de 0,4 mm. Il s’agit de la partie métallique qui faisant partie du banc, passe à travers le cerclage. Ce n’est pas très visible sur la photo. Reportez-vous aux plans.

                Voici la photo du banc avant mis en place :

                                       144 -  le banc avant avec cerclage du mât de misaine  

                Comme vous pouvez le constater les bancs ont reçu, sur leur côté, la moulure en forme de quart de rond. Cela donne incontestablement de l’élégance.

                Sur la photo 145, vous avez le banc central terminé avec les ferrures, le cerclage, ainsi que les quatre trous qui recevront ultérieurement des cabillots. Sur cette photo, on voit mieux les petits ergots placés sur la tranche du banc qui servent à maintenir le cerclage du mât.

                                                    145 – le mât central avec ses ferrures

                Bien sûr, les bancs ne sont pas fixés car il y a encore du travail à faire en dessous.

Haut de page                    Sommaire du Journal                      Accueil      

                                                       Chapitre suivant   
 



 


 

XV - Les serres bauquières et les bancs
© 2018