Accueil
Journal de la chaloupe armée
Brick Le CYGNE
LA RENOMMEE
Outillage
Sites Amis
Fabrication des caronades
vidéos marines

 

  • XII - 2ème Chantier et démoulage

                     Une fois que notre coque sera démoulée, il faudra travailler à l’intérieur.

                  Un petit problème qui peut se poser c’est que ce genre de construction par pliage des varangues et alonges peut inciter la coque à s’ouvrir de quelques millimètres.

                   Il faut donc un chantier rigide pour bien maintenir la coque, au moins jusqu'au collage des bancs.

                  Il doit également maintenir celle-ci dans ses formes initiales, et être pratique. Le plus simple c’est de faire comme pour les maquettes plus importantes : une base et une planchette plus haute. Dans le cas présent nous choisirons --> juste sous la préceinte.

                                                                       97 – préparation du chantier

                La meilleure façon d’être sûr que les tiges filetées (diamètre de 4 mm) traversent convenablement les deux planches c’est de percer celles-ci ensemble.

                                                       98 – Chantier terminé

                Cela ne se voit pas tellement sur la photo, mais la planchette de 5 mm découpée n’est pas horizontale, elle suit la courbe juste au-dessous de la préceinte. Bien sûr il y a un écrou juste sous cette planchette. Les tiges filetées permettent cet ajustement sans difficulté.

               Pour éviter que cette construction ne bouge, tous les 18 écrous ont été badigeonnés de colle blanche. Il n’y a pas d‘écrous sous la grosse planche. Les tiges filetées sont vissées dans le bois et collées également.

              Maintenant il suffit de mettre l’ensemble, forme et coque dans le nouveau chantier, d’enlever toutes les punaises qui fixent la coque à la forme. Le gros boulon du centre de la forme me servant de poigné et…..hop, on démoule. Là c'est mon épouse qui prend la photo, ça se fête --> un martini rouge pour moi avec glaçon !

                                                                    99 – démoulage

                Pas trop de dégât, comme prévu, un peu de papier (photo 15 et 16) est resté un peu collé, pas de problème, nous entamons une nouvelle séance de ponçage. Auparavant,  il est indispensable de couper les alonges qui dépassent de la coque, sinon gros risque d’accrochage et …..on devient grossier !

                Cette coupe se fera à 3 mm ou 4 mm de la préceinte dans un premier temps avec une petite pince coupante et ajusté ultérieurement.

                A ce stade la chaloupe ne pèse que 60 grammes, quel changement !

                                         100 – la coque démoulée avant ponçage

                Entre la photo précédente et ces lignes une vingtaine d’heures de ponçage. Depuis j’ai :

<!--[                                       - arasé les alonges à hauteur de la préceinte

<!--[                                      - arasé les contre-plaqués du tableau arrière

<!--[                                      - coupé et poncé l’étrave à la bonne hauteur

                 Comme le poirier que j’utilise n’est pas très beau : quelques défauts, de plus il est d’une teinte plutôt beige clair tirant sur les gris, j’ai décidé de teindre ce bois.

                 J’utilise la teinture à l’alcool, teinte poirier n° 56 de chez V33. Ils préconisent de l’étaler avec un chiffon. Pour l’intérieur c’est exclu, donc petit pinceau brosse. Ne pas en mettre beaucoup. En fait, vous trempez le bout de la brosse et vous retirez le plus gros sur un morceau de bois.

                 J’ai déjà utilisé cette méthode. Elle présente l’avantage de redonner un peu de chaleur au bois, et, ce qui n’est pas négligeable, teint également les quelques traces de colle blanche qui resteraient. Ne rêvez pas, cela les atténue simplement.

                 Une fois que la teinture est bien sèche, nous allons la poncer, presque à tout enlever avec du Scotch Brite.hé oui, pour cela c’est mieux que le papier de verre ou la laine d’acier. J’ai découpé de petites bandes de 5 ou 6 mm de largeur de Scotch Brite que je tiens dans une pince et ….reponçage.

             Il est peut être nécessaire de renouveler l‘opération de teinture et de ponçage une seconde fois pour éviter les auréoles, en effet, il arrive que certaines parties du bois ne réagissent pas de la même manière. La seconde aurait tendance à égaliser ces différences. Là encore, c’est à vous de voir. 

             Bien sûr, on ne fait pas ce genre d’opération sans quelques essais sur des chutes.

     Voilà les outils que j’utilise :

<!--[                                         - une lime plate

<!--[                                         - un rifloir plat

<!--[                                         - un rifloir bombé

<!--[                                         - un couteau X acto pour gratter la colle

<!--[                                        - une petite planchette arrondie sur laquelle je place une petite bande de papier de verre que je  découpe dans une grande plaque

<!--[                                        - une pince avec un bout de scotch-Brite

                                       - une bande de scotch-brite découpée.

                                                    101 – mes petits outils de ponçage

Haut de page                    Sommaire du Journal                      Accueil         .

                                                      Chapitre suivant                                                  

XII - 2ème Chantier et démoulage
© 2018