Accueil
Journal de la chaloupe armée
Brick Le CYGNE
LA RENOMMEE
Outillage
Sites Amis
Fabrication des caronades
vidéos marines

 

  •  IV - La contre-forme :

Fabrication :

                  Comme je préfère mettre 3 boulons au lieu de deux (je rajoute un boulon central) je marque l’endroit de ce boulon central sur le plan avant de faire les photocopies de plans en autant de photocopies qu’il y a de lignes d’eau. Choisissez une photocopieuse qui ne déforme pas. Pour cela, vérifiez les mesures du plan avec les photocopies.

                Numérotez sur chaque photocopie, dès à présent, la ligne d’eau qui doit être utilisée sur chaque plan. Pour faciliter la découpe et bien visionner la ligne d’eau  à suivre, je borde celle-ci d’un trait de stabilo côté intérieur du trait.

               Collez ainsi chaque plan sur les planches correspondantes. J’ai fait le collage à l’aide du scotch double face. Je sais qu’il est possible d’utiliser les bâtons stick. Je n’utilise pas la colle à papier peint, car elle étire le papier de façon très importante. Si vous utilisez cette méthode tout de même, ne mettez la colle que sur le CTP, placez le plan sans l’étirer, ne plus y toucher dès que le papier est humide. En tout état de cause, vous vérifierez toutes les dimensions avec l’original du plan à l'aide  un compas à pointes sèches.

          4 – lignes d’eau à découper

                        Découpez chaque plan à 1 cm environ de chaque ligne d’eau servant de référence.

   
                 Découpez large chaque plan avec son CTP,  2 mm ou 3 mm pour les découpes qui se feront dans le sens du bois, et 5 mm à 6 mm pour les découpes en travers du bois. En effet dans ce dernier cas si la scie n’est pas fine il y a un peu de dégât au dos.

                A ce stade nous allons percer les trous de 6 mm de diamètre sur chaque plan qui serviront à maintenir tous les CTP une fois ceux-ci empilés, en y introduisant les boulons 6 mm x 80 mm. Sur la monographie il est indiqué 2 trous, pour ma part j’ai préféré en mettre un troisième au centre, au niveau du MC (Maître-couple), ce qui évitera le serre-joint au milieu et fera un repaire  Il est évident que le perçage des trous doit être impérativement parfait pour que tous les plans avec leur CTP soient rigoureusement alignés. De ce positionnement dépendra la réussite de la contre-forme, le reste n’étant qu’un peu de patience et de l’huile de coude.

   Il faut maintenant limer et poncer chaque planchette pour que celle-ci soit rigoureusement conforme à sa ligne d’eau.  Nous commencerons bien évidemment par les lignes 11 et 12 en CTP de 10 mm. Elles vont nous permettre de mettre dès à présent les boulons de 6mm. La ligne 10 en CTP d’okoumé a la même découpe que les précédentes, sauf au niveau du tableau arrière. Et ainsi de suite. Dès qu’une planchette est faite, on l’enfile (plan vers le haut) sur la contre-forme en cours de construction. Cette méthode permet de vérifier immédiatement  que la nouvelle planchette suit bien les contours indiqués sur le dessin de la précédente.

  S’il y a un écart, c’est que les trous de la nouvelle planche ne sont pas bons ou que l’on a trop poncé et là on recommence cette nouvelle planchette.

                                          5 – planchettes découpées et empilées

                      Si vous utilisez comme moi le scotch double face et une ponceuse électrique à disque vous allez constater que celle-ci s’encrasse très vite car le scotch double face adhère complètement sur le disque en papier de verre et l’on ne peut faire plus de 2 planchettes. La solution pour décrasser le disque est simple : avec une vieille lame pointue retirez le plus gros, puis vous terminez en nettoyant le disque avec le diluant synthétique, résultat garanti le disque est à nouveau neuf. L’utilisation du diluant synthétique doit impérativement se faire dans un endroit très ventilé.

 

                  Défaire les planchettes de la contre-forme. C’est le moment de retirer la photocopie et son double face. Ne pas omettre de marquer le numéro de la ligne d’eau au feutre si cela n’avait pas déjà été fait. Vous remarquerez que cette opération soulève le bois, et si vous reconstituez la contre-forme vous constaterez avec le pied à coulisse que vous dépassez l’épaisseur voulue.

 

                   Il va donc falloir poncer chaque planchette pour retrouver impérativement la bonne épaisseur de 4,5 mm par planchette et les 45 mm sur les 10 lignes d’eau. Penser que le mince filet de colle blanche que vous allez mettre 12 fois, s’il est minime ne réduira pas l’épaisseur. C’est en pensant à cette nécessité d’écrasement des planchettes que j’ai préféré mettre un boulon supplémentaire au centre.

 

                  Maintenant il est temps de procéder au collage. Plutôt que de coller toutes les planchettes dans la même opération j’ai préféré les coller une par une, des plus épaisses, vers celles qui recevront la quille. Chaque opération doit comporter le pressage avec serre-joints et les 3 écrous. Un peu moins de 2 heures suffiront à cette manœuvre.  Il est conseillé de ne pas mettre de colle trop près des boulons, car il faudra les enlever…..

 

                 Pour retrouver les bonnes formes, il faut faire la vérification verticale avec les gabarits de couples. Pour ce faire, il suffit de coller au double face les profiles de couples situés sur les mêmes photocopies, sur du CTP et d’en découper le profile intérieur. Faire également avec le même principe le gabarit longitudinal étrave / étambot.

 

                 Pour ma part, comme j’ai fait cette vérification après avoir fini de poncer. J’ai eu la désagréable surprise de constater que j’avais trop poncé sur les extrémités. Pour corriger ces défauts, j’ai collé des lamelles de bois découpées dans des chutes de lambris, et repris le ponçage en vérifiant avec :

 

-         les profils de couples

            -    le gabarit longitudinal

 

 

                                       6 – contre-forme et gabarits

 

                 Avant de terminer complètement ce ponçage, j’ai construit l’ensemble quille étrave étambot et leurs pièces de renfort. Ceci afin de vérifier également le profile de la contre-forme. Ne pas omettre bien sûr qu’entre la contre-forme et cet ensemble il y a les couples dont certains sont encastrés. Cela dans le but d’avoir une cohérence horizontale, verticale et en correspondance avec les pièces qui viendront s’y adapter.

 

               Surtout, ne brûlez pas les étapes. Si la contre-forme ne correspond pas au plan, vous vous exposez à de graves problèmes. Mieux elle sera faite, moins vous aurez de surprise à corriger ultérieurement.

               Haut de page                    Sommaire du Journal                      Accueil     

                                                                 Chapitre suivant   

IV - La contre-forme
© 2018