Accueil
Journal de la chaloupe armée
Brick Le CYGNE
LA RENOMMEE
Outillage
Sites Amis
Fabrication des caronades
vidéos marines

 

  • XVIII - Les caissons et coffres -

           -  1ère partie – les façades

                            

                     Si je voulais respecter la thématique, et surtout la chronologie,  je ferais les supports de pierrier maintenant, seulement voilà, j'ai envie de commencer mes placards. Cela va m'obliger dans mon journal à saucissonner la construction des caissons, tant pis, c'est un journal il suit donc la construction comme elle s'est faite, à peu près. On dira que c'est un caprice.

                    Comme je l’ai indiqué  précédemment, j’ai omis de faire le vaigrage du tableau arrière. Comme j’ai déjà posé les traversins, c’est bête, il va falloir glisser ces vaigrages par le haut. Vous les verrez apparaître un peu plus tard (photo n° 161).

                   Même chose pour les supports de marchepieds, ils ont été faits en même temps. Mais pour un besoin de cohérence minimum j’ai fait un chapitre par réalisation. Sauf les placards qui se feront en 3 chapitres.

                    Donc, sur certaines photos des caissons, il manque les marchepieds et les serre-bauquières qui ne sont encore, ni cloutés ni teintés à ce stade. En fait, j'ai réalisé tout cela un peu en même temps.

                    Nous allons commencer par placer les portes du fond.

                   Les moulures seront faites dans une baguette de buis, de 1 mm d’épaisseur, et moulurées avec le tarabiscot en forme de quart de rond qui nous a servi pour la moulure des bancs.

                    En fait pour confectionner ces portes il suffit de juxtaposer des baguettes mises à la bonne dimension. Comme je ne fais pas ces portes ouvrantes,  les charnières seront factices et réalisées avec une feuille de laiton et pour l’axe, j'utilise toujours notre fils de 0.4 mm. On trouve des feuilles de cuivre auto-collantes chez les vendeurs de produits électroniques. L’ensemble collé sur la tranche de la porte. Le montant viendra consolider le tout.

          155 – confection de la porte-caisson du fond

                    Le petit loquet est fait dans une feuille de 0,2 mm. Cette façade est mise en place en veillant scrupuleusement à la symétrie. En fait, elle doit s’encastrer sous le traversin arrière.

                   A ce stade j'ai oublié de faire les petites aérations sur chaque porte. Il s'agit d'un perçage avec une mèche de 2 mm de diamètre. Vous verrez ces aérations à la deuxième partie des caissons (chapitre XXIV). Cela aurait été si simple de les faire maintenant, alors que mis en place, avec les bancs, cela n'a pas été facile de passer l'outil à main. Quand on est distrait ..... 

                 Ensuite, j’ai préféré faire les façades avant, ainsi, il ne me restera plus qu’à ajuster les façades latérales qui joindront les façades avant aux façades arrière.

               Pour les façades avant on utilise le même principe que pour le plancher avant (photo 114 et 115). Il est aisé après de les mettre à la bonne dimension.

                 Il faut veiller à la symétrie avec rigueur.

                                                 156 – confection des façades avant

                Pour la confection des faces latérales, j’ai triché un peu dans la mesure où, comme pour la façade arrière, la moulure n’est pas appliquée sur la façade, mais existe sur toute la profondeur.

                 En fait, j’ai commencé par réaliser le centre de la façade en collant 3 baguettes ensemble de même hauteur.

               J’ai donné le bon angle à l’avant pour que cette façade s’ajuste avec celle de l’avant

                J’ai confectionné une baguette en buis de 2 mm de large que j’ai mouluré avec un tarabiscot (nouveau profil).

                J’ai surélevé les planchettes de poirier par de petites cales de la hauteur dont je désire le débordement  de la moulure.

                Il suffit alors d’appliquer la moulure en buis en veillant à
ce que les planchettes de poirier appliquent bien les cales et que la planchette de buis s’applique bien, sur le tapis. La planchette de buis dépassera derrière, aucune importance, on ponce ce qui dépasse.

                Ensuite, on fait la partie avant en poirier par des baguettes que l’on colle sur la baguette en buis. Attention, là il faut remettre les mêmes cales. La photo 157 sera plus explicite que tous les textes.

                                                  157 – pose de la moulure avant tribord

                   Pour la moulure qui sera côté du fond. On peut prendre les mesures et l'on fabrique et… ben y a du jour. 
                  Certains diront que je me complique, tant pis, voilà ma méthode :

                Je fais, avec le même principe de cales  l’ensemble moulure en buis et montant à la bonne dimension. Et je découpe le grand panneau en conséquence. J’ajuste à la lime.

                                   158 – confection des panneaux latéraux

                                         159 – confection des panneaux latéraux

                    Pour le collage, vous constatez que les cales sont remises pour maintenir la différence de niveau du poirier et du buis.

                    Par les mêmes procédés, on met les moulures du haut et celle du bas. Comme il y a un manque, on met un petit rajout en poirier de l’épaisseur de la baguette en buis.

                                  160 - confection des faces latérales des caissons

                                              161 – les façades des caissons -1

                    On voit le vaigrage du tableau arrière que j’aurais dû mettre bien plus tôt.


                                                       162 – les façades des caissons  - 2

                Voilà où j’en suis. Les bancs et marchepieds ne sont pas collés, l’emplanture du grand mât n’est pas en place et les taquets des vaigres amovibles de chaque côté de la carlingue ne sont pas encore fabriqués, les épontilles non plus.

                                             163 – état d’avancement de la maquette

                Il est temps de faire les vaigres, sur lesquels s’appliqueront les supports des pierriers. Nous aurions pu les faire avant de faire les façades des caissons, au moins nous serons sûrs de leurs emplacements.

                                       164 - vaigres du support de pierrier bâbord arrière

                      Haut de page                    Sommaire du Journal                      Accueil         .

                                                      Chapitre suivant

 

XVIII - Les caissons - 1ère partie - les façades
© 2018