Accueil
Journal de la chaloupe armée
Brick Le CYGNE
LA RENOMMEE
Outillage
Sites Amis
Fabrication des caronades
vidéos marines

 

  • - XXV - Le couronnement

          Pour faire les dessus des caissons latéraux, il faut placer le dessus de caisson arrière. Et pour monter celui-ci il faut placer le couronnement avec les courbes de davier.

 

                     Nous avons déjà fabriqué le dessus de  caisson arrière au chapitre XXIII, ce qui est bien, et je  l’ai collé, ce qui est moins bien. En effet les demi-lunes du davier devant s’encastrer dans ce dessus, il eut été préférable de ne pas le coller, enfin …….

 

        Le couronnement se constitue d’une barre inférieure, d’une barre supérieure en deux parties séparées par un rouet, lui-même placé sur un axe.

 

        Nous allons commencer par la barre inférieure de couronnement. Il s’agit d’une baguette de 3 mm d’épaisseur sur 85 mm de longueur. La largeur est de 7,6 mm mais le profil étant un parallélogramme nous devrons prendre une baguette un peu plus large et la mettre en forme. En fait l’arrière doit suivre la pente du tableau arrière, et le devant de la baguette reproduire le même angle :

 

                     201 - mise en forme de la baguette inférieure de couronnement

 

                      Sur la photo qui précède le profil ne correspond pas encore tout à fait à l’angle du tableau arrière.

 

         Nous allons nous confectionner une calle à poncer. Il suffit de faire un morceau de bois de la forme désirée et de le recouvrir de papier de verre. Celui-ci est maintenu par de la colle blanche à bois classique. Dans notre cas, la cale sera droite.

 

 

                                202 - confection d'une cale à poncer

 

           Nous allons fixer cette barre dans des pinces pour la mise en forme. J’ai mouillé la baguette qui est restée ainsi toute une nuit. Au matin elle avait pris la forme.

 

                          203 - maintient de la barre de couronnement

 

             Il ne nous reste plus qu’à poncer jusqu’au bon profil, notre baguette devant suivre la pente de la lisse d'hourdi

 

                          204 - mise en angle de la barre inférieur de couronnement

 

        205 - fixation provisoire de la barre inférieure de couronnement

 

  Une fois fixée provisoirement on termine le ponçage.

 

  La barre inférieure de couronnement reçoit au milieu de la partie supérieur une encoche où viendra se loger le rouet, et à sa partie inférieure les deux encoches où les demi-lunes du davier viendront s’encastrer.

 

 

                         206 - les encoches de la barre inférieure de couronnement.

           

         On aperçoit sur la photo 206 la barre inférieure du couronnement. La demi lune bâbord du davier est positionnée, l’encoche de celle de tribord n’est pas encore ajustée.

 

         Avant de présenter les demi-lunes du davier, il faut faire les encoches dans le dessus du caisson arrière.  Nous avons les deux petites entailles sur la face, et les deux entailles où se logeront les pattes des demi-lunes du davier

 

            Voici les deux demi-lunes du davier, non collées, simplement présentés.

 

 

                                      207 - les deux demi-lunes de daviers présentées.

 

                    A ce stade j’ai fait une omission. En effet, les deux demi-lunes, présentent sur leur face latérale chacune un trou. Je ne l’ai pas fait. Il eut été si simple de les faire maintenant. Je me suis aperçu de cette omission au XXXème chapitre. Je vais voir si je peux encore faire ces trous sans dommage.

 

       Une fois la barre inférieure de couronnement terminée, nous allons la démonter, et la teindre. Les aiguilles nous permettrons de retrouver exactement la bonne position de la pièce. Les trous latéraux  ne se verront pas car cette partie sera recouverte par les barres supérieures, en revanche, il aurait été plus judicieux que je décale l’épingle centrale, voir en mettre deux, une de chaque côté de l’encoche. C’est fait, à cet endroit il y aura le rouleau. Et puis, un peu de sciure et de colle dans un trou de 0,6 mm, pas de problème.

 

   

                         208 - Le dessous de la barre inférieur de couronnement

           

            Comme je l’ai déjà indiqué, le poirier dont je dispose n’est pas des meilleurs. Le problème de la couleur est résolu par la teinture, mais en outre certaines parties donnent l’aspect d’un bois non dense. Je pallie cet inconvénient en frottant le morceau de bois avec un autre morceau de bois, soit de même essence soit un peu plus tendre.

 

          Je vous donne en exemple une chute de poirier à moitié frottée, vous pouvez voir la différence. Bien briqué, cela a pour effet de rabattre les fibres, on a presque l’impression qu’il y a déjà eu une couche de bouche pores. Il faut veiller à être bien régulier pour ne pas faire de marques. Faites des essais vous serez étonné. Sur la photo 209 vous avez la pièce à moitié frottée et la chute  de poirier qui a servi pour l’opération.

 

                                 209 - morceau de poirier à moitié frotté.

           

          Nous allons fabriquer maintenant le petit rouet avec son axe. Comme j’ai de l’ébène, j’ai fait le choix de le faire dans ce bois. En littérature on appel cela une licence poétique. En gros « on fait comme on veut » dans la limite d’une certaine cohérence.

 

         Ce petit rouet peut-être fait dans une perceuse, honnêtement comme j’ai un tour, ce serait ridicule de ne pas l’utiliser. 

 

                       Je n’ai que deux diamètres de fil de laiton, 0,4 et 1 mm. Comme 0,4 mm c’est trop court j’ai percé à 1 mm et j’ai limé mon fil pour réduire son diamètre et qu’il coulisse aisément. Pour limer le fil de laiton je l’ai placé dans un roule goupille pour une meilleure préhension.

 

                   

                           210 - réduction du diamètre de l'axe du rouet

 

                 Et voila notre rouet

 

  

                                 211 - rouet terminé

           

             Il nous faut maintenant recouvrir d’une feuille de laiton les demi-lunes du davier. Il se trouve que je n’ai à ma disposition que du laiton de 0,2 mm, j’aurais préféré du 0,1mm tant pis.

 

            Les demi-lunes du davier font 3 mm d’épaisseur et la bande de protection fait 2,5 mm

 

            Je découpe une bande de 3 mm à 4 mm dans une plaque.

 

                       212 - découpe d'une bande de 3 mm à 4 mm

 

            La bande, une fois remise bien à plat est dimensionnée à 2,5 mm de largeur

 

                              

                                 213 - mise de la bande à 2,5 mm de largeur

                   

          En principe ces bandes étaient cloutées. Je vais donc faire des essais pour voir si avec du fil de 0,4 mm comme clous cela est crédible et réalisable.

 

         Au niveau de l’échelle c’est limite car mon fils de 0,4 mm me fait à l’échelle 1, des têtes de vis de 14,4 mm. Même chose pour l’épaisseur, d’autre part si on ne fait pas les clous, cela fait un peu vide. Gros dilemme !   

                      

                    Du fils plus mince aurait peu-être été plus judicieux.

 

                   Bon je fais les clous, et je vais respecter la disposition et l’espace indiqué par le plan.

 

                   Dans un premier temps je colle les bandes sur les demi-lunes du davier avec la colle sans solvant.

 

                  Attention les bandes de laiton ne s’arrêtent pas au demi-lunes mais se poursuivent jusque sous le couronnement il faut donc les faire plus longues, elles seront ajustées plus tard.

 

     Une fois les pièces bien sèches, je les place dans un étau et je procède au perçage des bandes de laiton. Je vais percer à la main avec une mèche de 0,5 mm placée dans un roule goupille. Si l’on procède directement avec la mèche, celle-ci dérape. Il faut donc, avec un petit poinçon faire une petite cavité. Le perçage se fait sans problème.

 

                 Il est impératif que les clous soient placés régulièrement. Pour ma part j’ai suivit scrupuleusement les plans et gardé la symétrie du dessin.

 

                        214 - perçage d'une demi-lune de davier

 

                 Dans les trous, je vais placer le fils de 0,4 mm. Comme ils seront poncés, ils doivent bien tenir et être collés. Pour ce faire, je mets une goutte de cyanolite sur une vielle lame de cutter et je trempe le bout de mon fil avant de l’enficher dans les trous.

 

                                 215 - les fils sont collés dans les trous

 

                Sur la photo n° 215 on voit bien que la bande de laiton est plus grande. Bon notre demi-lune ressemble à un porc-épic. Il faut limer et poncer le fil et ne lui laisser qu’un ½  mm de sorti.

 

                Il est temps de confectionner la barre supérieure du couronnement. Elle est faite en deux parties, car elle est interrompue au milieu pour laisser le passage du rouet. Elle à également un profil en parallélogramme. Elle est moins large   mais doit avoir en principe les mêmes pentes que la barre inférieure.

 

               Avant de mettre en place les deux demi-barres, il faut songer à laisser une encoche pour le passage des bandes de laiton qui recouvrent les demi-lunes du davier, et laisser un passage pour l’axe du rouet.

 

               Je n'ai pas ajusté les demi barres supérieur du couronnement de chaque côté, je ferai cela plus tard.

 

                   216 - barre supérieur du couronnement

 

                   Sur la photo précédente on peut voir les clous arasés, l’une des demi barres qui recouvre la bande de laiton, le trou pour le passage du rouet, et le rouet lui-même. Il devra être mis en place avant la pose de la deuxième partie de la barre supérieure de couronnement

 

                  Nous avions vu que notre bande de laiton se poursuivait jusque sous la barre supérieure de couronnement. Nous avions, préalablement au collage, fait les trous dans le laiton, il ne nous reste donc qu’à percer le bois et à placer nos 4 derniers clous.

 

                                        217 - perçage pour les derniers clous

 

                 On peut voir sur la photo suivante, que les demi barres supérieures débordent. Elles seront ajustées avec les fargues plus tard. j'aurais même dû faire la même chose avec la barre inférieure.  

 

 

                    218 - le couronnement avec les demi-lunes du davier et le rouet

 

 

 

                             219 - état d'avancement de la chaloupe

 

              Bon, maintenant on va terminer les capots des caissons, ouvrant ou pas, faut voir !  

Haut de page                    Sommaire du Journal                      Accueil    

                                                         Chapitre suivant    

 

 

XXV - Le couronnement
© 2018